SFO

Le Prix Fabry - de Gramont

Nominations des lauréats pour le prix Fabry - de Gramont 2019 et 2020

 

Le Prix Fabry – de Gramont a été instauré à la mémoire du physicien Charles Fabry (1867-1945), premier directeur général de l'Institut d'Optique, célèbre pour ses travaux sur les interférences, et de M. Armand de Gramont (1879-1962), industriel opticien, fondateur de l'Institut d'Optique. Le prix récompense une jeune chercheuse ou un jeune chercheur de moins de 40 ans, reconnus internationalement, dont les travaux de recherche ont été remarqués pour leur qualité, leur originalité et leur impact potentiel. Malgré le report du congrès Optique, évènement au cours duquel les noms des lauréats sont traditionnellement annoncés, la SFO a décidé de maintenir les nominations pour les éditions 2019 et 2020. Après l’analyse des dossiers de candidatures et une réunion de délibération, les membres du jury ont attribué le prix à deux talentueux chercheurs : Frédéric Gérôme et Bertrand Kibler. En attendant la remise du prix l’année prochaine au cours du congrès Optique Dijon (5-9 juillet 2021) et des exposés détaillés de leurs travaux, voici une brève présentation de ces deux lauréats.

Frédéric Gérôme, lauréat 2019

Frédéric Gérôme, lauréat 2019, pour ses travaux autour de la photonique des gaz : de la conception des fibres creuses à la photonique des plasmas.

Frédéric Gérôme a soutenu une thèse en 2005 à l’Université de Limoges sur les liaisons optiques WDM. L’année suivante il rejoint l’Université de Bath en Angleterre pour travailler sur les fibres optiques à cristal photonique. Suite à son recrutement en tant que chargé de recherche CNRS au laboratoire XLIM en 2008, il lance des activités autour d’une approche nouvelle qui offre une cohabitation unique des milieux dilués avec la lumière à des échelles micrométriques et dans des régimes extrêmes. Plusieurs résultats marquants sur les fibres creuses ont été obtenus en exploitant un mécanisme de guidage original appelé couplage inhibé. Une évolution drastique des performances a ainsi été démontrée pour passer de pertes du dB/m au dB/km en moins d’une décennie. Puis, en les fonctionnalisant par l’insertion de gaz, de nombreuses applications ont pu être abordées avec succès comme le transport et la compression record d’impulsions lasers ultra-courtes, la réalisation de conversion de fréquence de l’ultraviolet au moyen-infrarouge ou encore dernièrement la génération de micro-plasmas au sein même de ces fibres. L’ensemble de ces démonstrations permet aujourd’hui de positionner cette technologie comme l’élément clé et fondateur d’un domaine émergent appelé " Gas photonics ". Frédéric Gérôme est auteur et co-auteur de 70 articles scientifiques dans des revues à comité de lecture, de 200 communications à des conférences internationales et de 6 brevets. Ces résultats ont aussi été valorisés par la création de l’entreprise GLOphotonics et l’obtention du prix Jean Jerphagnon en 2015.

Bertrand Kibler, lauréat 2020

Bertrand Kibler, lauréat 2020, pour ses travaux dans le domaine des ondes non-linéaires, notamment l’observation des ondes de respiration (breathers) et de leurs interactions, en tirant profit des technologies modernes de l’optique ultrarapide aux longueurs d’ondes télécoms.

Bertrand Kibler a effectué sa thèse à l’Institut FEMTO-ST sur la propagation non-linéaire d’impulsions ultracourtes dans les fibres optiques, puis un post-doctorat à l’Université de Bourgogne sur divers projets d’application des sources impulsionnelles à fibre optique. Il a ensuite intégré le CNRS en tant que Chargé de Recherche en 2009 au Laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne. Ses domaines de recherche couvrent l'étude fondamentale de divers processus non-linéaires en optique ainsi que le développement expérimental de nouvelles sources de lumière dans l’infrarouge, par le biais des technologies liées à la fibre optique. Il a ainsi développé une plateforme d’études des solutions mathématiques décrivant les ondes complexes de l’équation de Schrödinger non-linéaire. Les résultats obtenus lui ont permis de révéler un exemple clé : les ondes breathers et leurs dynamiques d’interaction, qui décrivent l’émergence spontanée d’ondes extrêmes dans divers domaines, dont les vagues scélérates océaniques. Son approche multidisciplinaire de la recherche a permis d’associer le même type d’expérimentation dans deux branches distinctes de la physique des ondes, à savoir l’optique et l’hydrodynamique, à des échelles de temps radicalement différentes. Ce recours à plusieurs disciplines offre de nouvelles perspectives pour la recherche des ondes complexes, en dépassant les limites intrinsèques de chaque système expérimental. Bertrand Kibler a obtenu la médaille de bronze du CNRS en 2012. Il est auteur et co-auteur de plus de 120 articles scientifiques dans des revues internationales à comité de lecture, 4 chapitres d’ouvrages et 1 brevet.

Les lauréats de 2017 et 2018 ont reçu leur prix lors de la conférence OPTIQUE Toulouse 2018.

Morini fabry de gramont2017

Delphine Marris-Morini,

Prix Fabry - de Gramont 2017

Delphine Marris-Morini a effectué sa thèse à l’Institut d’Electronique Fondamentale sur l’étude des propriétés de modulation optique en microphotonique silicium. Elle a ensuite intégré l’Université Paris Sud en tant que Maître de conférence en 2005 puis Professeur en 2015. Ses domaines de recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies (C2N) couvrent la photonique silicium, les dispositifs optoélectroniques intégrés, les propriétés optiques des hétérostructures à puits quantiques. Ses travaux vont des aspects fondamentaux avec les premières démonstrations de nouveaux effets physiques jusqu’aux applications dans le domaine des datacom et des telecom, en partenariat avec les industriels du domaine (ST Microelectronics, Alcatel Lucent Bell Labs,…). Les résultats obtenus lui ont permis d’étendre la gamme de longueur visée du proche vers le moyen infra rouge, pour de nouvelles applications de type spectroscopie intégrée. Delphine Marris-Morini a ainsi obtenu un financement ERC Starting Grant (INsPIRE) qui a débuté en 2015, portant sur la réalisation de circuits intégrés en photonique silicium dans le moyen infra-rouge. Delphine Marris-Morini a obtenu la médaille de bronze du CNRS en 2013. Elle est auteur et co-auteur de plus de 90 articles scientifiques dans des revues à comité de lecture et elle a présenté une vingtaine de communications orales invitées dans des congrès internationaux.

Kudlinsly fabry de gramont 2018

Alexandre Kudlinski,

Prix Fabry - de Gramont 2018

Alexandre Kudlinski a effectué sa thèse au Laboratoire PhLAM de l’Université de Lille sur la création de non-linéarités quadratiques dans les verres puis un post-doctorat à l’Université de Bath (Royaume-Uni) sur les fibres optiques microstructurées. Il est ensuite nommé Maître de Conférences à l’Université de Lille en 2006 puis Professeur en 2016. Il initie une thématique de recherche sur les effets non-linéaires dans les fibres optiques. Fort de sa double compétence en fabrication de fibres optiques spéciales d’une part, et en optique non-linéaire d’autre part, il introduit un nouveau type de fibres optiques baptisées « fibres topographiques ». Issues de la centrale technologique FiberTech, elles sont caractérisées par une évolution longitudinale contrôlée des paramètres de guidage, ce qui apporte un nouveau degré de liberté, notamment dans le domaine de l’optique non-linéaire. Les travaux d’Alexandre Kudlinski exploitant ces nouvelles fibres topographiques ont abouti à la démonstration expérimentale de plusieurs processus non-linéaires concernant l’instabilité modulationnelle ou encore la propagation de solitons. Elles ont de plus permis d’ouvrir une nouvelle voie de recherche au niveau international. Alexandre Kudlinski est auteur et co-auteur de 135 publications dans des revues internationales à comité de lecture et de 160 communications à des conférences internationales. Il a co-écrit 4 chapitres d’ouvrages et déposé 6 brevets.

Les lauréats du Prix Fabry - de Gramont

 

 

  • 2020 Bertrand Kibler (Laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne, ICB -UMR 6303 CNRS-Université de Bourgogne)
  • 2019 Frédéric Gérôme (Laboratoire XLIM, CNRS-Université de Limoges)
  • 2018 Alexandre Kudlinski (Laboratoire PhLAM)
  • 2017 Delphine Marris-Morini (Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies)
  • 2016 Sylvain Gigan (Université Pierre et Marie Curie)
  • 2015 Jérôme Wenger (Institut Fresnel)
  • 2014 Christelle Monat (Ecole Centrale de Lyon)
  • 2013 Ivan Favero (Lab MPQ Université Paris Diderot)
  • 2012 Thibaut Sylvestre (Institut Femto Université Besançon)
  • 2011 Mehdi ALOUINI (Institut de Physique de Rennes / Thalès R&T)
  • 2010 Nicolas TREPS (Laboratoire Kastler Brossel)
  • 2009 Thierry FUSCO (ONERA)
  • 2008 Sébastien TANZILLI (Université de Nice)
  • 2007 Gabriel CHARLET (Alcatel-Lucent)
  • 2006 Rémi CARMINATI (Ecole Centrale Paris)
  • 2005 Vincent COUDERC (IRCOM, Limoges) et Frédéric DRUON (Institut d’Optique, Orsay)
  • 2004 Philippe BOUYER ( Institut d’Optique, Orsay)
  • 2003 Carlo SIRTORI (Thales R & T, Orsay)
  • 2002 Manuel JOFFRE (L.O.B., Ecole Polytechnique)
  • 2001 Vincent BERGER (THALES R & T)
  • 2000 Jérôme MERTZ (ESPCI)
  • 1999 Michel BRUNE (Laboratoire Kastler Brossel)
  • 1998 Philippe LALANNE (IOTA-CNRS)
  • 1997 Patrick GEORGES (IOTA/CNRS)
  • 1996 Arnaud BRIGNON (Thomson CSF LCR)
  • 1995 Thierry GEORGES (CNET) et Marc Haelterman (Université Libre de Bruxelles).
  • 1994 Jean-Yves COURTOIS (Institut d'Optique).
  • 1993 Eric LALLIER (Thomson CSF LCR).
  • 1992 Fabien BRETENAKER (Université de Rennes I).
  • 1991 Serge MANEUF (Microcontrôle).
  • 1990 Claude FABRE et Mme Elisabeth GIACOBINO (ENS).
  • 1989 Daniel COURJON (Université de Franche Comté-CNRS) et Frédérique DE FORNEL (Université de Bourgogne-CNRS).
  • 1988 M. Jean-Claude SIMON (CNET).
  • 1987 Alain BARTHELEMY (Université de Limoges) et François Salin (Institut d'Optique).
  • 1986 Hervé LEFÈVRE (Thomson CSF LCR).
  • 1985 Patrick JUNCAR (Laboratoire Aimé Cotton et CNAM).
  • 1984 Jean-Paul POCHOLLE (Thomson CSF LCR).
  • 1983 Jean-Paul HUGONIN (Institut d'Optique et Université d'Aix-Marseille III).
  • 1982 Serge VALETTE (CEA/CENG).
  • 1981 Paul LUC (Laboratoire Aimé Cotton).
  • 1980 Michel PAPUCHON (Thomson CSF LCR).
  • 1978-1979 Jean-Pierre GOEDGEBUER et Alain LACOURT (Université de Franche Comté).
  • 1977 Luc JEUNHOMME (CNET).
  • 1976 Jean-Pierre HUIGNARD (Thomson CSF LCR).
  • 1975 Yves LEVY (Institut d'Optique).
  • 1974 Daniel MAYSTRE et Michel NEVIERE (Université d'Aix-Marseille III).
  • 1973 Daniel LECLERC (Université de Caen).
  • 1972 Claude BOCCARA (ESPCI).
  • 1970 Patrick BOUCHAREINE (Laboratoire Aimé Cotton).
  • Jury Fabry - de Gramont 2020

    Olivier Acher, Horiba, Palaiseau
    Jacques Berthon, CNES, Toulouse
    Claudine Besson, ONERA, Palaiseau
    Arnaud Brignon, THALES Research & Technology, Palaiseau, Président
    Nadège Courjal, FEMTO-ST, Besançon
    Valentina Emiliani, Laboratoire Neurophotonique, Univ. Paris Descartes
    Vincent Kermène, XLIM, Limoges
    Ludovic Poupinet, CEA-LETI, Grenoble

    Le Prix Fabry-de Gramont a été instauré à la mémoire du physicien Charles Fabry (1867-1945), premier directeur général de l'Institut d'Optique, célèbre pour ses travaux sur les interférences, et de M. Armand de Gramont (1879-1962), industriel opticien, fondateur de l'Institut d'Optique.

    Le prix récompense une jeune chercheuse ou un jeune chercheur (moins de 40 ans), reconnus internationalement, dont les travaux de recherche ont été remarqués pour leur qualité, leur originalité et leur impact potentiel.

    Conditions de candidature

    Le dossier de candidature comprendra au maximum 10 pages A4 incluant la formation et le parcours professionnel, les travaux de recherches soulignant les contributions originales, leur impact, ainsi qu’une courte liste des principales publications. Il pourra présenter des lettres de recommandation (maximum 4) des personnes ayant suivi le déroulement des travaux.
     
    Pour être éligible, Le candidat doit être parrainé et doit être né strictement après le 31/12/1978 pour le prix 2019 et strictement après le 31/12/1979 pour le prix 2020. Des dérogations exceptionnelles à ces limites d’âge pourront être traitées au cas par cas
     
    Le dossier complet devra être envoyé par le formulaire en ligne au plus tard le 15 mai 2020 à minuit, soit par le candidat lui-même, soit par son parrain.
     
    Le contact SFO pour le suivi des candidatures : Mariam MELLOT mariam.mellot@institutoptique.fr