SFO

Le Grand Prix Léon Brillouin

Jury Grand Prix Léon Brillouin 2020

Président :

Philippe ADAM (Président SFO), Direction Générale de l’Armement, Paris

Membres universitaires :

Ariel LEVENSON (Vice-président SFO entrant), C2N, CNRS/Université Paris-Saclay, Palaiseau

Philippe GRANGIER,  Institut d'Optique Graduate School, Palaiseau

Grands organismes :

Céline FIORINI,   CEA-SACLAY, Gif sur Yvette

Industriels :

Pascale NOUCHI (Présiente SFO sortante), THALES Research & Technology, Palaiseau

Hervé LEFÈVRE  iXCORE, Marly-le-Roi

Appel à candidatures

Grand Prix Léon Brillouin de la SFO 2020 


Les membres du jury du Grand Prix Léon Brillouin sont heureux de vous annoncer l'ouverture de l'appel à candidature pour l'année 2020.

Le dossier complet devra être envoyé par le formulaire en ligne au plus tard le 30 octobre 2020 à minuit.

 

 

avec le soutien de

Ixcore site web

 

Le Grand Prix Léon Brillouin a été instauré pour honorer la mémoire du très grand physicien Léon Brillouin (1889-1969) dont les différents travaux ont influencé profondément le développement de l’Optique.Ce Grand Prix est destiné à récompenser pour l’ensemble de ses travaux une opticienne ou un opticien ayant effectué une partie importante de leurs recherches en France.

Il est attribué tous les deux ans sur proposition d’un jury. La dotation du prix est de 20.000 € grâce à la donation de la Fondation iXCore pour la Recherche. Ce Grand Prix Léon Brillouin a été créé par Emmanuel ROSENCHER à qui nous rendons hommage pour sa présidence éclairée de la Société Française d’Optique. 

Formulaire de soumission

Grand Prix Léon Brillouin de la SFO

Le Grand Prix Léon Brillouin a été instauré pour honorer la mémoire du très grand physicien Léon Brillouin (1889-1969) dont les différents travaux ont influencé profondément le développement de l’Optique. Ce Grand Prix est destiné à récompenser pour l’ensemble de ses travaux une opticienne ou un opticien ayant effectué une partie importante de ses recherches en France.

Il est attribué tous les deux ans sur proposition d’un jury. La dotation du prix est de 20.000 € grâce à la donation de la Fondation iXCore pour la Recherche. Ce Grand Prix Léon Brillouin a été créé par Emmanuel ROSENCHER à qui nous rendons hommage pour sa présidence éclairée de la Société Française d’Optique.

Le contact SFO pour le suivi des candidatures, et notamment pour la réception du CV du/de la candidat(e) élaboré par le nominateur(*), et des lettres de recommandation (3 lettres requises ) :

Mariam MELLOT
E : mariam.mellot@institutoptique.fr
T : 01 64 53 31 82

(*)Important : les candidats doivent être proposés par leurs pairs et idéalement, ils ne doivent pas en être informés.

formulaire de soumission :

Les lauréats du Grand Prix Léon Brillouin

2018 Claude FABRE, Laboratoire Kastler Brossel, Paris

2016 Jean-Michel GERARD, Institut Nanosciences et Cryogénie (INAC), Grenoble

2015 Jean-Pierre HUIGNARD, Thales Research and Technology, Palaiseau

2015 Michel ORRIT, Université de Leiden

2013 Philippe GRANGIER   IOGS, Palaiseau

2011 Claude WEISBUCH   Ecole Polytechnique

2009 Claude BOCCARA   ESPCI

2009 Pierre TOURNOIS  Fastlite

 

Claude Fabre, Grand Prix Léon Brillouin 2018

Claude Fabre

Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm, Claude Fabre a soutenu sa thèse de 3e cycle en 1974 sous la direction de Claude Cohen-Tannoudji (Prix Nobel de Physique 1997). Il a ensuite soutenu sa thèse d’Etat en 1981 sous la direction de Serge Haroche (Prix Nobel de Physique 2012) au Laboratoire de spectroscopie hertzienne de l'ENS, le futur Laboratoire Kastler Brossel, dans lequel C. Fabre a passé la majorité de sa carrière. Ses travaux de thèse ont porté sur des études à la fois  expérimentales et théoriques sur les atomes de Rydberg.

Au milieu des années 80, Claude Fabre a orienté sa thématique de recherche vers les propriétés quantiques de la lumière, et il s’est imposé depuis comme un grand spécialiste du bruit quantique. Il a notamment montré dans une expérience pionnière en 1987 qu’il était possible de réduire le bruit quantique sur la différence des intensités de deux faisceaux jumeaux réalisés par conversion paramétrique dans un cristal non-linéaire. Il a ensuite étendu ses recherches aux effets spécifiquement quantiques qui existent dans les systèmes optiques « complexes » ou « multimodes », possédant un grand nombre de degrés de liberté, comme les images optiques et les impulsions lumineuses de forme temporelle quelconque.

Le jury du Prix Brillouin a tenu à récompenser ses travaux novateurs et fondateurs dans le domaine du bruit quantique, travaux qui s’inscrivent dans une longue lignée de l’excellence française en optique quantique.